Conseils en Gestion d'Entreprise

Vous savez déjà qu’Instagram peut être une excellente plateforme pour commercialiser votre entreprise. Mais saviez-vous que vous pouvez aussi construire toute une entreprise autour de cette plate-forme ? Tout ce ...

La confidentialité des données et la cybersécurité sont devenues des mots à la mode en 2020, et pour cause. En raison de mauvaises pratiques en matière de protection de la ...

Qui est Fleur Pellerin ?

Je suis née à Séoul en 1973. Adoptée à l’âge de six mois, je suis arrivée en France en février 1974 et ai grandi en Seine-Saint-Denis, à Montreuil, auprès de parents très engagés à gauche.

Titulaire d’un baccalauréat franco-allemand, puis diplômée de l’ESSEC et de Sciences Po Paris, j’ai intégré la Cour des comptes à ma sortie de l’ENA, en 2000. J’ai été affectée à la troisième Chambre, compétente pour les questions d’éducation, de culture et de communication, où je suis restée sept ans. C’est à cette époque que je me suis, pour la première fois, intéressée aux problématiques de la propriété intellectuelle, notamment en ma qualité de rapporteur auprès de la commission permanente de contrôle des sociétés de perception des droits d’auteur (SPRD).

En 2007, après avoir participé – en famille – à la campagne de Ségolène Royal, au sein de la cellule « Interviews » que nous avions constituée, j’ai quitté la Cour des comptes pour une expérience dans le privé. Pendant deux ans, j’ai travaillé comme directrice associée dans un cabinet de conseil en communication. Je me suis également vu confier, à cette occasion, le suivi des actions de mécénat en faveur d’artistes africains, ce qui m’a valu de participer aux rencontres annuelles de la Clinton Global Initiative à New York, en 2008.

Avec ma réinstallation à Montreuil, 2007 est aussi l’année où je suis entrée au Club XXIe siècle, que je préside depuis février 2010. Cette association, qui s’était fixé pour ambition, lors de sa création, de sensibiliser les élites politiques, économiques et médiatiques au thème de la diversité, organise à présent de nombreuses manifestations. Les Entretiens de l’Excellence, qui se tiennent dans une dizaine de villes, permettent chaque année à des milliers de collégiens et lycéens de zones d’éducation prioritaire de rencontrer des personnes qui leur ressemblent et qui ont, grâce aux études, réussi à occuper des postes de responsabilité dans l’entreprise ou l’administration.

Mon retour à la Cour des comptes, en 2009, n’a pas amoindri mon engagement associatif, puisque je suis administratrice de l’association Unis-Cité, qui promeut le service civique et de la Fondation Royaumont. Je représente également le Club XXIe siècle au comité diversité de France Télévisions. Je siège au conseil d’administration de la chaîne Public Sénat et suis membre de la commission des sanctions de l’ARJEL*, mais me suis déportée de ces deux fonctions jusqu’aux élections présidentielles. Enfin, j’ai récemment eu l’occasion de participer à des missions d’étude relatives au Grand Paris ainsi qu’au programme d’investissements d’avenir et plus spécifiquement son volet numérique. Disposant d’un vaste réseau de relations, aussi bien dans les entreprises (Microsoft-MSN, Orange, Cisco, Huawei, Dailymotion, start-ups), les cabinets d’avocats et de conseil spécialisés, les autorités de régulation (CSA, ARCEP), le secteur culturel et audiovisuel (BNF, Louvre, Centre Pompidou, producteurs de cinéma, producteurs phonographiques, France Télévisions, Canal Plus, SPRD), le monde de la recherche (CNRS – Institut en charge des sciences de l’information), j’ai eu l’occasion d’appréhender les débats relatifs au numérique de manière ouverte, transversale et non biaisée.

C’est l’ensemble de ces raisons qui ont convaincu François Hollande de me confier la responsabilité du pôle “Société et économie numériques” au sein de son équipe de campagne pour l’élection présidentielle de 2012.

Je ne compte pas dessiner le volet numérique de son programme présidentiel dans le secret de mon bureau, en me limitant aux contacts que j’ai déjà noués, mais en partant à la rencontre des entreprises, des associations, des utilisateurs, des collectivités et des institutions qui sont les acteurs de la société numérique.

J’ouvre donc aujourd’hui avec vous un dialogue que j’espère vivant et constructif.

Je ne proposerai des orientations à notre candidat qu’après avoir entendu vos préoccupations, vos idées, et plus généralement votre vision d’une France remodelée par la révolution numérique.

Fleur Pellerin